Trail de la galinette

Trail de la galinette 6


Le dimanche 31 janvier, j’avais planifié dans le cadre d’une sortie longue de mon plan d’entrainement « Trail court » de faire un trail me permettant de me tester sur une distance de 25 km et un dénivelé positif autour de 1000m. Le trail de la galinette  répondait parfaitement à ces critères, puisque la course « la brèche du mont Julien » faisait 25km et 1200m de D+. Il y avait également un 11km et 600m de D+ et un 44km avec ses  2200m de D+.

Avant course

Le départ était donné dans la ville de Cadolive, dans les bouches du Rhône. Venant de Toulon, un réveil à 6h30 du matin était suffisant. L’organisation pour le retrait des dossards était vraiment au top, et j’aurais pu partir 30 min plus tard de chez moi. En 1 min, me voilà en possession de mon dossard 1260. Quelques minute pour m’équiper et me voilà en route pour m’échauffer. Je ne pensais pas faire d’échauffement vu que le départ aller surement être en mode moutons. Mais un vent plutôt frai m’a poussé à faire quelques centaines de mètres dans les 15 dernières minutes avant le coup d’envoi. Le petit pipi de la peur juste avant de partir et hop, 9h on y go !!!

 

La course

Trail de la galinette

 

Le tout début de course est comme je le pensais, je tente de dépasser quelques dizaines de personnes pour me retrouver dans une zone à ma vitesse. Mais un truc me gène … j’ai encore une envie pressante, pffffffff … Me voilà à réfléchir sur : « je m’arrête ou pas ». Si je m’arrête, alors tous mes efforts de positionnement auront servi à rien, si je ne m’arrête pas, je vais courir avec cette gène bien désagréable. la première montée arrive, et je décide de m’arrêter. Je reprends bien en queue de peloton. Arrive alors la première vraie ascension. Un petit chemin très étroit où il est impossible de doubler. Et là, c’est la cata. Un bouchon digne d’une heure de pointe à Paris … Une montée à très très petite allure où j’ai été parfois arrêté. Après cette montée vient la descente, quelques possibilités de gagner quelques places. Ce schéma  va finalement se reproduire pendant 1 heure, mais les bouchons seront heureusement de moins en moins importants.

Au bout d’une heure, la course commence enfin à prendre la tournure que j’attendais. Je me calle sur certains descendeurs à mon niveau et je produis un effort toujours soutenu en montée. Voilà quelle a été ma façon de courir. Dans les montées, dès que la pente me faisait produire un effort trop important, je me mettais à marcher. Mais je m’appliquais vraiment à avoir une allure la plus soutenue possible en marchant.

trail galinette marseilleAu bout d’1h34 de course, me voilà au premier ravitaillement. Je recharge mon camelbag de 500ml d’eau (premier et dernier ravitaillement en eau) et d’une dose de ma boisson à l’effort. Je mange quelques morceaux de bananes, je remplis mes mains d’abricot sec et je repars après un arrêt au stand de 5min.

Le reste de la course se passe plutôt bien. Au bout de 2h30 de course (16.5km), j’ai commencé à ressentir un début de fatigue associé à des douleurs musculaires. D’abord en descente où mes quadris ont commencé à souffrir. C’est d’ailleurs dans cette partie de course où il y a eu une grosse et longue descente qui m’a bien tiré dessus. Mais mon rythme en monté m’a également mi à rude épreuve, les ischios ont petit à petit également criés de douleurs.

Arrivée au 20ème km après 2h55 de course, pour le deuxième et dernier ravitaillement, je suis entamé mais pas cuit :). Seulement 2 petites minutes pour manger une banane et partir avec mes abricots séchés que je mange en courant en repartant. La suite se passe dans la douleur, mais supportable, quand vient la dernière difficulté en montée à 3h18 de course et 23km. Une longue et interminable cote (environs 1,5km), qui va vraiment me faire mal aux jambes. Mais ma motivation est facile à trouver, car il y a pas mal de coureurs dans le même cas que moi qui ont apparemment encore plus mal au jambes que moi 🙂

trail galinette marseille

Arrive la fin du parcours, d’abord une descente technique, où je me fais doubler par les premiers du parcours long (partis 1h avant nous). A l’heure où j’écris ces lignes, j’en suis toujours bouche bée. Mais quelle allure de fou dans une descente avec plein de gros caillou et un sol pas trop stable. Impressionant de technique. Juste pour ça je suis content d’être venu 🙂 Après la partie technique, on arrive au village, sur route avec de la déscente très violente puis une petite montée raide, puis à nouveau descente jusqu’au bout. Et bien là, j’ai tout donné, et de manière surprenante, malgré les douleurs très fortes au niveau musculaire, j’ai vraiment pu hausser mon rythme pour finir vraiment sur une super allure.

Je passe la ligne, au bout de mon effort, mais très heureux.

 

Les stats de mon trail

  • Distances : 26 km
  • Dénivelé + : 1443m
  • Temps : 3h37
  • moyenne : 8’21 / km
  • Classement : 250/611

trail de la galinette

 

En vrac ce que je retiens de ce trail

 

  • Bon choix du trail pour sa longueur et pour le déniv, même si l’organisation ont un peu oublié 1km et 200m de d+ 🙂
  • Une organisation au TOP.
  • Un cadre magnifique
  • la déception de ne pas avoir pu profiter du paysage autant que je le souhaitais, et pourtant c’était magnifique.
  • De bonnes sensations et pas de coup de pompe important pendant la course
  • J’ai bien supporter mes compléments alimentaires, à savoir, une boisson avant effort, une pendant et une après.
  • Pas de problème gastrique suite au ravitaillement et au petit dej et à la boisson de l’effort.
  • Une expérience très enrichissante au niveau de la gestion de course. J’ai remarqué que tous les moments où je me suis mit dans le rouge, j’étais souvent seul, avec personne me donnant le bon tempo devant. Je dois progresser dans ce domaine.
  • Content de mon niveau de forme, cela m’a permis de relancer régulièrement.
  • Difficile de ressortir une information sur la gestion des ravitaillements. J’aurais pu sur cette distance me passer de manger je pense.
  • Mes nouvelles chaussures ne sont pas encore faites à mes pieds (surtout mes talons dont la forme est bizarre et qui posent des problèmes à toutes mes nouvelles chaussures). J’ai eu une douleur régulière, pas bloquante, mais sur le très long, il faudra avoir réglé ce problème.
  • Grosse douleur sous mon pied le soir après la compétition à l’instar de mes précédentes sorties.
  • Mon état de forme sur le dernier km qui m’a permis de faire une grosse accélération.
  • La mauvaise gestion de mon départ
  • La mauvaise gestion de mon laçage : je l’ai refais 3 ou 4 fois.
  • Musculairement je ne suis pas encore prêt : j’ai eu les 2 jours qui ont suivi de très grosses courbatures aux ischios et aux quadris.
  • Mon matériel et ma tenue qui ont été bien adaptés

 

Conclusion

Un Trail très réussi, où, comme je l’avais prévu, j’ai donné le maximum de moi même. J’ai tout de même 2 inquiétudes majeures après cette course :

  • Serais-je prêt pour mi Avril, sachant que mon objectif est le double de celui ci et que je termine quand même « vidé » ?
  • J’ai un gros travail à faire pour respecter des allures lentes qui me permettront de tenir bien plus longtemps sans puiser dans mes réserves.

 

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires et précieux conseils dans la zone sous l’article.

  • […] rappel, cette semaine était dans la continuité de ma course de 26km. Comme je l’expliquais, après le trail j’ai eu encore une forte douleur sous […]

  • Béatrice Garcia dit :

    Bravo !
    Super beau récit, je me suis régalée à le lire. je suis vraiment heureuse pour toi ! Impressionnante ta motivation,
    EN plus, le cadre a l’air merveilleux, j’aurais bien aimé être sur place pour profiter du coin et te féliciter !
    J’ai hâte au prochain trail !

  • bubu dit :

    Dans le désordre:
    Peux tu déplacer le getsocial qui est gênant, au milieu de la page stp en le mettant plus à droite car il est sur la zone texte ?
    Pour les lacets, tu as un sujet sur AE (http://www.athlete-endurance.com/training-network/phpbb/viewtopic.php?f=38&t=56867&p=62350&hilit=Lacets#p62350). Sinon, vas voir https://youtu.be/BnN6f5ArWXM et http://www.runner-life.com/2014/03/bien-lacer-ses-chaussures-de-running.html
    Pour l’alimentation, même si tu aurais pu t’en passer en partie, c’est très bien d’avoir testé. En cas de crainte, un smecta la veille de l’épreuve et un autre le matin de celle-ci.
    Pour la douleur sous le pied, ostéopathe. Tu peux aussi faire tourner la cheville avec tes mains, la faire aller dans toutes les positions possibles pour voir si tu n’as pas un blocage quelque part.
    Cours tu avec des bâtons ? C’est une aide précieuse autant pour les montées (pour aider à pousser et donc soulager les quadriceps) que pour descendre (sécurité et plus de technicité donc plus de vitesse).
    Après la course, 30′ de vélo en moulinant pour évacuer le lactique avec un saut de jacuzzi (très vivement recommandé ce dernier). La douleur aux ischio jambiers et aux quadriceps après une telle course est logique. A toi de prendre des mesures pour virer les toxines le plus facilement et agréablement possible. (PS pour les marathons du Vignemale, 45km et 2400m de D+, chaque passage par les thermes – jacuzzi – m’a fait sortir de là sans douleur. Vidé certes mais marche normale)
    Heureusement que tu as été freiné durant la première heure à la lecture de ce que tu racontes sur la dernière heure. Tu aurais bien plus souffert. Comme un marathon, un trail commence à partir des deux tiers de la course, voire trois quart suivant le profil. Si tu n’arrives pas frais à ce moment là, c’est galère assurée !

    Avril est encore loin. Tu vas attaquer maintenant le gros du morceau en terme de préparation donc zen. Tu seras prêt. N’oublie pas que le mental joue beaucoup pour ça aussi.Quand à ton trail d’avril, tu partiras sur un autre rythme donc tu passeras le 26ème km plus facilement.
    Enfin, n’omets pas une bonne alimentation, bien variée, riche en légumineuse et sucres lents (lentilles, haricots, pommes de terre, …). La santé est dans la marmite. Ton corps va s’adapter donc zennn

    • bubu dit :

      à gauche je voulais écrire le getsocial

      • bubu dit :

        Je reviens juste sur ta douleur sous le pied avec un raisonnement. As tu ta douleur depuis tes nouvelles chaussures ? Si la réponse est oui, ne cherche pas la cause plus loin. Bien souvent, ce genre de douleur est lié à la foulée et donc à la cheville qui travaille de telle ou telle manière. On ne pose pas le pied droit comme la gauche car nous ne sommes pas symétriques. Pour peu donc que tu poses le pied d’une certaine façon que le système correctif de la chaussure n’apprécie pas et hop, voila ta foulée et donc son déroulé de cheville modifié. De là, une petite gêne.

    • Bonjour Bubu,

      Tout d’abord encore merci pour le temps que tu passes à me conseiller, et indirectement conseiller les personnes qui lisent le blog.

      Pour le Getsocial, cette version est de toute manière pourrie, je suis à la recherche de quelque chose de mieux. Je fais la modification pour la décaler en attendant, merci pour la remarque.

      Merci pour les liens pour les lacets. Finalement, il y a des sujets pour faire des articles intéressants pour les débutants sur vraiment tous les sujets 🙂

      Pour ma douleur, je suis allé voir mercredi mon osthéo. J’avais bien un gros problème de déséquilibre sur le coté gauche, selon elle lié à ma blessure au mollet il y a quelque mois. Elle m’a remis tout cela en place.
      Elle m’a quand même demandé d’aller faire un bilan podologique, car elle pense que j’ai peut être un problème d’appuis. Je verrais bien ce que me dira le podologue, je prendrais la décision de suivre ses conseils ou pas après le rdv. J’avoue être aussi un peu réticent, car les dommages collatéraux peuvent arriver que bien plus tard.
      J’ai de toute manière un problème que je dois réglé, car depuis un bon mois, sur mes sorties « au seuil » (ex hier 4x2000m), que ce soit sur l’échauffement ou pendant l’effort, j’ai une sensation très très désagréable. Un peu comme si je n’ai plus le contrôle de ma jambe gauche (du genoux au pied). Genre, comme si ma circulation se faisait mal. J’ai essayé sans les manchons, idem. Ca m’inquiète un peu. Ca me le fait pas sur les parcours trail, que sur le plat genre route et piste. Je vais voir si ça perdure, maintenant que je suis passé chez l’osthéo. Mais ce problème, je le traine depuis maintenant 1 bon mois, à chaque sortie au seuil et parfois sur les récup.
      Le jacuzzi, je vais tester pour voir, mais j’ai pas ça sous la main 🙂

      Pour les bâtons, c’est une bonne question. Je me doute que cela doit aider, mais perso, j’aime pas trop l’idée de ne pas être libre des bras et mains. En plus, certaines courses les interdisent. Il faut que je vois pour la mienne. Mais cela serait encore une chose de plus à apprendre, et j’avoue que j’en ai déjà pas mal 🙂

      Pour la préparation, oui, il faut laisser venir, je vais terminer le plan « trail court » fin de semaine prochaine, je me laisse une semaine de repos, et après on part sur le plan trail long pour 8 semaines. Je viendrais discuter de cela sur le forum AE très rapidement, car comme d’hab, j’ai des questions 🙂

      Côté, alimentation, j’ai beaucoup changé depuis quelques mois, mais par contre je ne fais pas trop d’effort coté quantité, et je me laisse toujours une soirée où je partage les bonnes choses non diététique de la vie avec ma famille ou mes proches (résumé de cette belle phrase poétique, une soirée bière – Pizzas 🙂 )